Les traitements anti-poux

Comment traiter ?

Les traitements « naturels »


Les traitements naturels ne sont pas toujours sans danger, comme les huiles essentielles, qui présentent des risques de réaction allergique, d’intolérance cutanée et un éventuel caractère perturbateur endocrinien. Ces huiles ne doivent pas être utilisées chez les enfants de moins de trois ans et, par précaution, les femmes enceintes et allaitantes devraient les éviter.

Les traitements « maison »

Etouffer les poux avec un produit « maison » (mayonnaise, huile d’olive, margarine, gel épais pour les cheveux) n’est efficace que sur les poux et pas du tout sur les lentes. Un tel procédé n’élimine donc pas la pédiculose. De plus, le temps d’étouffement des poux par ce type de substance peut être très long. Il apparait contraignant de rester toute une nuit ou une journée avec de la mayonnaise sur les cheveux !

Le peignage

Le peigne est très efficace pour détecter les parasites mais ne suffit pas à éradiquer les poux à lui seul. Il présente l’avantage d’être sans danger mais pas toujours indolore, selon la longueur des cheveux, voire impossible à passer dans certaines natures de cheveux ! On l’utilisera de préférence sur cheveux humides et sur une surface blanche pour bien voir les poux et les lentes tombés de la tête. Attention, il faut utiliser un peigne adapté, à dents fines et resserrées et s’armer de patience et d’un certain savoir-faire !

Les traitements anti-poux (médicaments)

Les traitements à base d’insecticides neurotoxiques agissent au niveau du système nerveux des poux mais ont peu à peu disparu du marché en raison du développement de résistances de la part des parasites. Attention aux produits contenant des pyréthrinoïdes. Certains (perméthrine, deltaméthrine, cyperméthrine) sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens.

Les traitements anti-poux (dispositifs médicaux)

Certains produits du marché combinent des agents mécaniques naturels (huiles minérales ou végétales) et des substances extraites de plantes censées avoir un effet neurotoxique sur les poux. Il s’agit surtout d’huiles essentielles (lavande, ylang-ylang, géranium, arbre à thé, clou de girofle…). Ils présentent les mêmes inconvénients que tous produits à base d’huiles essentielles. À savoir un risque d’allergie, d’intolérance cutanée et un éventuel caractère de perturbateur endocrinien. À proscrire pour les enfants de moins de 3 ans et à éviter chez les femmes enceintes ou allaitantes.


Une autre catégorie de traitement, la plus courante aujourd’hui, est celle des « étouffeurs ». Ils sont à base d’huile végétale (huile de coco, jojoba, sésame) ou dérivés de silicone (diméticone) et engluent les poux pour les faire suffoquer. Ils ne semblent pas entraîner de résistances. La diméticone et ses dérivés, les plus employés, ont l’avantage d’être bien tolérés mais ils présentent deux inconvénients majeurs, ils sont inflammables et sont très difficiles à éliminer des cheveux. 3 ou 4 shampoings pendant plusieurs jours seront nécessaires pour tout éliminer. 

traitement-anti-poux

Dans quelle catégorie entre DÉPARAZ-PRO® ?

DÉPARAZ est une nouvelle génération d’anti-poux d’action mécanique, qui agit non pas par suffocation mais par pétrification des poux dans une résine. DÉPARAZ-PRO® bloque également l’éclosion de tous les oeufs. C’est la raison pour laquelle le produit est en une seule application et que 15 minutes suffisent. Il n’y a pas à laisser poser plus lontemps par précaution ou à ré-appliquer une semaine après. DÉPARAZ-PRO® est par ailleurs conçu pour éviter de graisser les cheveux et pour que l’élimination du produit par un shampooing classique soit facilitée.